L’essentiel du Nicaragua

Le Nicaragua, pays d’Amérique Central est situé entre le Honduras au nord avec 923 km de frontière et du Costa Rica au sud avec 310 km de frontière, bordé par le Pacifique el la mer des Caraïbes.

Superficie de 129 494 km2, près de 6 millions d’habitants. C’est le plus grand pays d’Amérique Central mais aussi le pays le plus pauvre, malgré cela le Nicaragua présente un taux de criminalité bien inférieurs à ceux de ses voisins du nord comme le Honduras ou le Salvador.

Le pays se compose en 16 régions dont 2 régions autonomes côté Caraïbes.
Aujourd’hui le pays se tourne de plus en plus vers le tourisme, les « Nicas » sont fiers de leur pays, de leur histoire et de leur culture. Un voyage au Nicaragua est avant tout une plongée vers l’authentique à la rencontre d’un peuple sympathique et ouvert.
Les Nicaraguayens ont connu les difficultés politiques, climatiques et économiques, mais ce peuple est résolument optimiste, souriant, ils s’évadent souvent grâce à la musique et à la littérature. La rencontre avec la population est un riche moment à vivre.
Leur hymne national en dit long sur ce peuple…

ESPAGNOL

¡Salve a ti, Nicaragua! En tu suelo
ya no ruge la voz del cañón,
ni se tiñe con sangre de hermanos
tu glorioso pendón bicolor.

Brille hermosa la paz en tu cielo
nada empañe tu gloria inmortal,
que el trabajo es tu digno laurel
y el honor es tu enseña triunfal.

FRANÇAIS

Salut à toi Nicaragua, sur ton sol
La voix du canon ne gronde plus
Ni le sang de nos frères colore
Ta glorieuse bannière bicolore

Qu’étincelle la paix en ton ciel
Et rien ne ternisse ta gloire immortelle
Que le travail soit ton digne laurier
Et l’honneur ton enseigne triomphante


Un peu d’histoire

Le pays est relativement montagneux, les plus hauts sommets sont au nord. Les plaines, le long du Pacifique sont jalonnées de nombreux volcans, les plus remarquables sont sur la cordillère des Marbios. 58 dont 7 volcans sont aujourd’hui actifs.
Le pays est situé sur une zone tectonique active,
Deux grands lacs, 7% de la superficie du pays, le lac de Managua et le lac Nicaragua qui est une des plus grande réserve d’eaux douce au monde compte 375 îles dont l’île Omotepe.

Le pays sous un climat tropical marqué par deux saisons, saison sèche de décembre à fin avril et saison humide de mai à novembre. La côte Caraïbes étant naturellement plus arrosée. Températures moyennes, entre 26 et 34 ° toute l’année.

Le Nicaragua abrite plus de 1 400 espèces animales, plus de 250 000 espèces d’insectes, on dénombre aujourd’hui près de 700 espèces d’oiseaux.

L’économie est essentiellement basée sur l’agriculture, mais, sorgho, haricots ainsi que la pêche. Plus de 50 % de la production est exportée.
Les politiques désastreuses depuis plus d’une cinquantaine d’années n’ont jamais permis à ce pays de connaître un réel développement. A cela on rajoute les événements climatiques qui n’ont jamais épargnés le pays, l’ouragan Mitch en 1998 a fait des dégâts considérables.
Le salaire moyen est d’environ 180 dollars par mois.
Depuis une dizaine d’année, le pays a pris le chemin de la démocratie et le socle est posé pour une paix durable et un développement économique qu’on le leur souhaite.

La monnaie nationale est le Cordoba, le cours moyen étant 1 dollar = 20 Cordobas

L’histoire tumultueuse du pays ne peut se résumer en quelques phrases, je vous invite à lire le travail fait par Pascal Blunier


LE CLIMAT


Le Nicaragua est un pays tropical. On distingue la saison sèche qui s’étend de décembre à fin avril et la saison verte ou pluvieuse de mai à novembre. De part sa géographie, le pays connaît aussi de nombreux micro climats. Le pays comporte 3 grandes zones climatiques : la zone pacifique de type tropicale sèche qui s’étend du Pacifique jusqu’au 2 grands lacs du pays chaude et peu de pluie, la zone centrale du pays de type subtropicale plus fraîche en raison de l’altitude et la zone Caraïbes chaude et très humide.


LA POPULATION


Les nicaraguyens surnommé les nicas sont particulièrement chaleureux mais comme beaucoup de peuple de la région empreint de timidité et de rigueur peu commune. Leur manière de vivre est dominée par une culture à la fois religieuse et familiale. Le travail tient une place importante dans la société. Leur histoire mouvementée ne leur à pas ôté pour autant leur optimisme et leur sens de l’accueil.
http://bluelife-nicaragua.org/?p=365

NORD DU NICARAGUA


Estelí, Matagalpa, Jinotega, réserve Miraflor

Enfin un peu d’altitude et d’air frais dans cette région du nord du Nicaragua. Peu visitée et pourtant cette région ne manque pas d’intérêts. A environ 1000 mètres d’altitude, la forêt tropicale humide offre de belles découvertes.

Estelí est la ville dynamique de cette étape, connue aussi par les archéologues qui viennent observer des fossiles de plus 30 000 ans ! Le Nicaragua est aussi connu pour ses cultures de tabacs, amateurs de cigares vous serez comblés en visitant les fabriques.

Comme au Costa Rica, l’altitude, un climat frais et ensoleillé sont propices à la culture de café. C’est à Jinotega et à Matagalpa que vous pourrez visiter les fermes à café et goûter un des meilleurs café du monde. A Jinotega vous y découvrirez aussi de nombreuses plantations d’oranges. Si vous séjournez dans cette région vous y verrez les plus belles rivières du Nicaragua.

Au nord d’Estelí, la réserve Miraflor est un arrêt obligé pour les amoureux de fleur, c’est la région la plus riche d’orchidées au monde ! Plus haut au Bosque de los Volcancitos vous y entendrez les singes hurleurs et avec un peu de chance vous apercevrez le quetzal.


Centre Nord la réserve biosphère de Mayangna-Bosawas

La Biosphère de Bosawas constitue un couloir biologique Méso-américain majeur et est reconnu pour sa riche biodiversité abritant de nombreuses espèces menacées comme le foumilier géant le tapir de Baird et l’aigle harpie.

C’est aussi là que vous rencontrerez les autochtones Mayanga ou Sumu qui y vivent depuis des siècles. Ils ont développé une connaissance étendue de la flore et de la faune locale.


Rio San Juan

Long de 200 km, il part du lac du Nicaragua et se jette dans la mer des Caraïbes et sert de frontière avec le Costa Rica pour une grande partie de son cours. De San Juan del Norte (Caraïbes) à San Juan del Sur (Pacifique) beaucoup oncru qu’un jour qu’un canal soit créer afin de concurrencer le canal du Panama. Régulièrement le sujet est abordé mais à aujourd’hui rien n’ai fait.

La région du fleuve est bordée d’une luxuriante végétation tropicale pour finir en plusieurs méandres dans un delta marécageux. Pour les amoureux de nature, la traversée de ce fleuve est une belle expérience. De San Carlos vous vous pouvez aller en bateau jusqu’au village de El Castillo. Greytown (ex San Juan del Norte) se situe à l’embouchure du fleuve. Cette région se développe et se tourne principalement vers l’écotourisme.


LES PLAGES DU NICARAGUA


Les plages du Pacifique

En partant du nord à l’ouest de León, vous arriverez vite au bord du Pacifique pour les plages de Poneloya et la Pinita où vont pour le week-end beaucoup d’habitant de León. Plus au sud vous trouverez des belles plages moins fréquentées comme las Boquitas ou Las Salinas.

Enfin encore plus au sud la fameuse station San Juan del Sur avec sa superbe baie ! Là il y a du monde presque toute l’année, c’est LA station du Pacifique du Nicaragua. Bateaux, restaurants, petites boutiques…
Heureusement qu’un peu plus au nord ou au sud de cette station, des plages plus calmes vous y attendent comme Playa Marcela ou PlayaMadera plus sportive, connu pour son surf. Enfin Playa del Coco plus familiale.

San Juan del Sur était avant un petit village de pêcheurs qui semblait endormi, c’est aujourd’hui la station la plus prisée au Nicaragua mais forte de ses 18000 habitants la ville garde encore par certains côtés, son caractère authentique.


Côte Caraïbes

Les Îles du Maïs ou Corn Islands : Big et little Island. Si vous aimez les belles plages, le dépaysement c’est ici qu’il faut venir !

La côte atlantique Nicaraguayenne avec ses deux régions autonomes représentent près d’un tiers du pays, cette côte est fascinante et pleine de découvertes ! Jamais colonisé par les espagnols, ici surnommé La Costa, vous aurez l’impression d’être dans un autre pays, On y parle simultanément l’anglais, le créole et l’espagnol.

Il n’est pas facile de se déplacer dans cette région fortement arrosée pendant la saison des pluies. Pour profiter pleinement de cette bio diversité il faudra préférer les Corn Islands, Big et Little Island. La plus grande fait 9 km2 et la plus petite 2 km2, 3000 habitants vivent sur ces îles. Corn Island est entourée par une barrière de corail, idéal pour la plongée sous marine ou snorkeling.

Pendant des siècles ces îles étaient sous domination britannique jusqu’en 1894, d’où la langue anglaise y est encore bien répandue. De petits restaurants vous feront apprécier les nombreux poissons et fruits de mer à des prix très abordables. La pêche à la langouste étant une des principale ressource économique de l’île.

Si vous voulez le repos, choisissez Little Corn pour son calme. Enfin si vous séjournez dans ce petit paradis, n’oubliez pas de visiter la réserve biologique Cayos Miskitos, véritable écrin de nature.

La meilleure façon d’y arriver est de prendre un avion de ligne intérieure à partir de Managua puis un service régulier de bateaux permettent de relier ces deux îles.